Recherche

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Pinterest
  • Tumblr

Publicité

Profitez de la livraison le lendemain en France sur NET-A-PORTER.COM

Suivez-nous sur mobile

Identité Book sur mobile

Newsletter privée

Soyez le premier à recevoir nos dernières actualités.

Vous êtes libre de vous désinscrire à tout moment.

Miss Kō : délirante création de Philippe Starck

Le nouveau restaurant parisien signé Philippe Starck vient d’ouvrir ses portes en plein coeur du 8ième arrondissement.

Telle une Alice tombée dans le Pays des Merveilles, on découvre chez Miss Kō un univers totalement délirant, un monde imaginaire asiatique merveilleusement excentrique. Un dépaysement total au milieu de cette sage avenue Georges V.

L’espace de 500 m², s’articule autour d’un bar central de 26m de long qui diffuse en continu les journaux télévisés asiatiques. La décoration mêle parfaitement un mobilier contemporain avec des éléments venus d’Asie. L’artiste David Rochline signe ici une fresque géante entre le papier peint à l’ancienne et les manga futuristes. Miss Kō nous ouvre les portes de son pays imaginaire, sorte de « Food Street » hallucinogène  où l’on rencontre des personnages aux visages déformés et des théières géantes.

miss-ko-starck-david-rochline

Fumante et bouillonnante, la cuisine exhale des parfums mêlés d’Extrême Orient et d’Occident, qui émanent des préparations élaborées à six mains, par Fabrice Monot, Chef exécutif, qui a invité Linda Rodriguez (Bond Street New-York, Hachi Las Vegas) et Martin Swift (Nobu Londres). Une carte métissée où les gyozas, les sushis et les Sashizzas rivalisent avec des plats asiatiques revisités aux saveurs européennes.
Le Brunch du dimanche reste dans cette idée de « restaurant à vivre » et de lieu étonnant et invite à partager en famille une Grosse omelette aux œufs Bio, des Croissants à la pelle ou un BoBun Géant !

Miss Kō est un restaurant, une cantine, un salon de thé, un endroit de fêtes et une scène artistique. Plusieurs événements, notamment sur le thème des sens, seront organisés autours de la mode, la musique, la photographie.

“ Quelquefois les rêves sont fiévreux, fous, étranges. On se réveille différent, ébloui par ce que l’on y a vécu, soulagé de se réveiller, triste de ne pas être sûr d’y retourner. Miss Kō, c’est ça, seulement ça, surtout ça. Un fantasme créé de toute pièce, un cadavre exquis et asiatique, un collage fou où l’on percute une lointaine cour des miracles dans une rue issue de Blade Runner, où règne une folie créative sans limite, où les artistes n’ont plus de barrière, où la technologie montre un demain excitant, où l’industrie devient art. Le portrait, par David Rocheline, de l’énigmatique Miss Kō règne sur un univers anarchique de cuistots hurlants dans la vapeur de leur cuisine, de bidons de lessive au pays des merveilles, de fresques d’aquarium sous acide, de théières monstrueusement grandes et trop lumineuses. Une profusion de signes incompréhensibles, bien que peut-être asiatiques. Une exagération infinie d’écrans d’informations, désinformations…
Dans l’univers de Miss Kō, rien n’est normal, même pas nous. C’est contagieux. ”
Philippe Starck

AS

Restaurant Miss Kō – 49 avenue Georges V – Paris 8 .

© Miss Ko